Notre radio

Notre radio

30 avril 2007

Petite mise au point avant le deuxième tour

Après avoir écrit, haut et fort, combien je me réjouissais des résultats du premier tour, je vois approcher déjà à grand pas le second ; et je me sens un peu obligé d’apporter quelques précisions, à l’attention des lecteurs réguliers ... et nouveaux, de plus en plus nombreux en cette période cruciale pour la vie politique (tous les records d’affluence auront été battus en ce mois d’avril, avec plus de 1.300 « hits » la semaine dernière).
Essayons de le faire de manière synthétique.

1. Sur mon devoir de neutralité affichée, rien à ajouter sur ce que j’écrivais ici avant le 22 avril. A nouveau, je me réjouis de constater combien les contacts noués après des années de journalisme radio sont divers, car je reçois de nombreux mails m’invitant à diffuser autour de moi des vidéos démontrant pour les uns que Nicolas Sarkozy est un homme dangereux, et pour les autres que Ségolène Royal est une Bécassine. Bien entendu, je n’en publierai aucunes, affaire de crédibilité - et de respect de la démocratie, aussi : un bon vote est un vote « positif », on vote pour quelqu’un et non contre le plus mauvais !

2. Soyons sincère aussi, mon choix est fait entre les deux finalistes : j’essaierai, après la finale, de ne pas manifester joie ou déception ; et - dans tous les cas - j’essaierai aussi de conserver une ligne lucide et critique par rapport à ce qu’il (elle) fera (ou ne fera pas), par rapport aux sujets objets de mon émission et du blog.

3. Sans donc que cela soit interprété de quelconque façon, je voudrais par honnêteté intellectuelle, revenir sur deux critiques formulées ici envers Ségolène Royal, et qui ne sont plus de saison. Dans un premier article, j’avais évoqué ses prises de position par rapport à la mouvance islamiste, et je m’étais référé à un article mis en lien, rappelant son acceptation tacite, dans le passé, du voile à l’école. Elle a, depuis, eu des mots très durs en assimilant les femmes voilées à des femmes violées ou battues (propos tenus le 13 novembre 2006 au gymnase Jappy à Paris). Et ceci lui a été vertement reproché par l’U.O.I.F lors de son rassemblement des 14 et 15 avril dernier (lien sur l'article de "Libération"). Dans un autre article consacré à l'Afghanistan, je lui reprochais de faire preuve d’une faiblesse coupable envers les Talibans en préparant l’opinion à un retrait de notre armée : or j’ai entendu Nicolas Sarkozy dire très clairement (sur France 2, jeudi soir), qu’il souhaitait mettre un terme à la participation française aux troupes de l’OTAN là-bas !

4. Indépendamment de ce que tout un chacun peut penser de chaque candidat et de leurs programmes, certaines attaques basses et crapuleuses qui visent le candidat de l’U.M.P, participent d’un très mauvais climat où l’on voit se coaliser un front « vert brun rouge » (traduire : islamistes / néo-nazis / gauchistes), fédéré par la haine à la fois des Juifs, d’Israël et des États-Unis. Un site particulièrement ignoble que vous pourrez découvrir en lien, affiche clairement la couleur avec, en page d’entrée, la photo de Sarkozy sur fond de drapeaux israélien et américain ... Mon ami Sammy Ghozlan, président du Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme, a appelé les autorités à interdire ce site qui incite à la haine. Christiane Chombeau, dans le journal « le Monde » du 30 janvier (un titre peu suspect de complaisance vis-à-vis de la droite) avait bien dénoncé le caractère nauséabond de ce site, ci-dessous un extrait de son article :
« Un coup d'oeil aux articles publiés sur toutsaufsarkozy confirme l'impression initiale : loin d'autres sites satiriques et polémiques, ce site joue sur la haine, mais aussi sur le racisme et l'antisémitisme. Le ministre de l'intérieur est ainsi attaqué sur ses origines hongroises. Qualifié de "Rastignac hongrois", d'"arriviste" il est jugé indigne d'être président. Autant du fait de ses origines que de sa politique de rapprochement vis-à-vis des Etats-Unis que l'Israël : "Ses accointances avec des hommes politiques israéliens de premier plan et sa proximité évidente avec les patrons et professionnels juifs de France (UPJF), (...) ne sont plus à démontrer, ce qui ne peut que soulever des questions sur les conflits d'intérêts à venir dans la gestion globale de la France", lit-on dans un des articles mis en ligne. Les vieux procédés de l'extrême droite y sont abondamment utilisés comme les insinuations : "Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie ? Mais surtout, que faisaient ton grand-père et ton père durant la période 1941-1944 ?", peut-on ainsi lire ; on y manie aussi les persiflages sur l'aspect physique de la personne et en l'occurrence sur la petite taille du président de l'U.M.P appelé "le nain" ou "le petit immigré hongrois". Sans compter les photomontages ou un croquis montrant M. Sarkozy de profil avec un nez proéminent. D'autres articles propagent des thèses révisionnistes voire négationnistes sur la Shoah tout en prenant soin de mentionner que l'auteur de l'article n'est en rien raciste ou antisémite et n'adhère pas forcément aux idées développées. Publicité a également été donnée à la conférence "sur l'Holocauste" organisée en Iran en décembre 2006 et où s'est notamment rendu le négationniste Robert Faurisson.

5. Ceci me conduit, bien naturellement, à faire le lien avec le libellé des trop nombreuses recherches à connotation antisémite conduisant des lecteurs sur mon blog (actuellement, près de 25 %, voir en lien ma dernière compilation). Dans cette campagne, et pour la première fois, on aura vu l’antisémitisme s’inviter de façon insidieuse en « ciblant » un des candidats principaux, ce qui par ricochet peut lier les Juifs à l’un des camps. Sans donc oublier ni les authentiques amis d’Israël et de ma communauté présents au P.S, ni les rescapés de la « Politique Arabe de la France » présents en force autour du candidat de l’U.M.P, il serait malhonnête de nier l’évidence : que cela nous plaise ou non, la victoire de la gauche sera vécue, par certains de ses électeurs, comme un coup porté au mythique « lobby juif ».

J.C

29 avril 2007

Une radio sur le blog !

Photo tirée de ce site

Grâce à la technique du "podcasting", il est possible d'écouter en différé des émissions passées ... et de les réécouter à loisir, ou de les envoyer en lien à des amis ou connaissances. Cela, vous le savez si vous "surfez" sur les sites des principales radios de la bande FM. Modestement, et à l'échelle de mon émission sur Judaïques FM, ce blog vous apporte aussi cette nouvelle puissance des multi medias.
Une première série de "podcasts" a été mise en ligne depuis un peu moins d'un an, et une deuxième série sera mise en ligne au cours de 2007. Dommage pour les visiteurs occasionnels ou peu fréquents de passer à côté ! C'est pourquoi, j'ai mis sur ce post les liens pour écouter les 12 émissions disponibles à ce jour sur le blog : bonne écoute donc, pour tous ceux qui ne les auraient pas encore entendues.

J.C

26 avril 2007

Deux génocideurs qui font la paire ...

Les présidents Mahmoud Ahmadinejad
et Omar el-Béchir, Khartoum le 1er mars 2007
(Photo A.P)

Il y a des photos de famille qui valent le déplacement ...
Mahmoud Ahmadinejad, alias "petit nabot antisémite", vient de se rendre dans un pays ami. Cette fois, après le Venezuela (voir article du 14 février), ce fut un état bien sympathique, lui aussi dirigé par des Islamistes : le Soudan. On le voit donc, sur ce cliché, entendre l'air très inspiré les hymnes nationaux des deux pays, alors qu'il vient d'achever une visite à Khartoum, jeudi dernier 1er mars. A ses côtés, le président soudanais Omar el-Béchir, officier putshiste régnant sur un pays régi par la "charia".

La légende de la photo Associated Press nous apprend qu'Ahmadinejad a prononcé une conférence dans un institut soudanais, et a dénoncé les agissements des Etats-Unis et d'Israël, responsables (sic) des malheurs du Monde. On ne peut l'en blâmer, car - de son point de vue - il a bien raison. Ah, que le concert des Nations serait heureux et paisible, si l'on pouvait exterminer tranquillement des Noirs musulmans refusant d'être arabisés (les habitants du Darfour), ou des Israéliens juifs refusant de perdre leur pays ! Comme il serait juste, et normal, que l'on puisse génocider tranquillement, sans résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU ... quelques centaines de milliers de Soudanais, déjà ; et des millions de Juifs et Arabes réunis, si l'autre taré arrive à se fabriquer une arme nucléaire et à "supprimer Israël de la surface de la terre", comme il l'a promis !

Je me souviens d'une blague, idiote, qui me faisait rire, alors petit écolier : "quand un gendarme rit, tous les gendarmes rient dans la gendarmerie". En plus sinistre et en voyant ces deux bobines, j'ai envie de transposer : "Quand un génocideur en action reçoit un génocideur en projet, ils se racontent des histoires de génocides".

J.C

24 avril 2007

Mohamed Abdi : on se fait beaucoup d’idées fausses sur Israël

Introduction :
Mohamed Abdi a été mon invité, avec mon ami Karim Benkamla et David Chemla, pour une émission intitulée « Deux peuples - deux états » et diffusée en octobre 2004. On trouvera, en lien permanent ici, le site du même nom ainsi que celui de « Ni putes ni soumises » (dont il est le Secrétaire Général). Sous la signature de Marc Knobel, le site du CRIF a publié des extraits d’une interview où il a donné ses impressions sur son dernier voyage en Israël : un article qui mérite d’être reproduit sur le blog !
J.C

Mohammed Abdi, cofondateur et secrétaire général du mouvement Ni putes ni soumises, a participé en décembre 2006 au voyage de Ségolène Royal au Proche-Orient. Avec d’autres socialistes, il l’a accompagné en Israël et dans les Territoires palestiniens. Dans Le meilleur des mondes (printemps 2007) qui vient de paraître, il donne ses impressions à Florence Taubmann, du comité éditorial de la revue. Extraits :

« Ce voyage a marqué un véritable tournant dans ma vie politique mais aussi personnelle. C’était mon premier séjour là-bas, il fut bref, trois jours, mais extrêmement intense en émotions. La cause palestinienne, c’est évidemment quelque chose de fondamental pour moi. En même temps, j’ai découvert qu’on se faisait beaucoup d’idées fausses sur Israël. D’abord, en arrivant là-bas, je craignais en tant qu’Arabe d’être plus contrôlé que les autres à l’aéroport. Ce ne fut pas le cas. En fait, en tant qu’Arabe je me suis senti très à l’aise dans ce pays où coexistent des gens du monde entier, de toutes les couleurs, de toutes les religions. J’ai rencontré des dirigeants israéliens, j’ai eu des discussions très vives avec eux, mais à aucun moment je n’ai ressenti le moindre racisme de leur part. Ce n’est pas le cas en France où je me sens souvent, y compris au Parti socialiste, regardé comme un Arabe. D’ailleurs, j’ai rencontré les dirigeants du Parti travailliste, notamment le secrétaire général Amir Peretz, on a tout de suite sympathisé car un grand nombre d’entre eux sont d’origine marocaine, comme moi. Avec eux, le courant est passé, nous parlions en Arabe. Mes camarades français étaient surpris ! Israël, au lieu d’être haï dans le monde arabe, devrait être une sorte de modèle, en tout cas la démonstration que l’on peut dans cette région du monde, même sans pétrole, créer une société prospère, démocratique et multiconfessionnelle. Mais, il y a un préalable ; c’est évidemment, pour moi, l’existence d’un Etat Palestinien viable. »

A la question de savoir quelle leçon politique il tire de son séjour là-bas, Mohammed Abdi répond : « Cela tient en une phrase : il faut privilégier l’axe du pragmatisme (...) Cet axe du pragmatisme est une véritable chance pour la région car il représente un vecteur du développement économique et démocratique. Ce nouvel axe est porté à la fois par des représentants du pouvoir politique israélien ou palestinien, mais aussi par des pans entiers de la société civile, ceux-là mêmes qui sont à l’origine de nombreuses initiatives de paix comme le pacte de Genève ou l’initiative Ayalon-Nussebeh (lancée en 2003). Il faut que le monde arabe et musulman accepte, non une simple trêve, mais un vrai compromis historique avec le sionisme. Ce nouvel axe du pragmatisme nous montre qu’on ne doit pas raisonner en termes de pro palestiniens ou de pro-israéliens. Il nous indique clairement qu’il y a aujourd’hui deux camps : celui de la paix, du progrès, de la liberté et de la démocratie et celui de la haine, du passé, de l’obscurantisme et du totalitarisme. Dans ces conditions la France et l’Europe doivent mettre en place des mécanismes pour aider directement les populations sans prendre le risque de voir l’aide financière détournée par les ennemis de la paix ... »
Marc Knobel,
site du CRIF, 2 avril 2007

23 avril 2007

Un printemps républicain !



Il faisait un temps merveilleux hier, sur Paris comme sur presque toute la France. Un ciel tellement bleu, une luminosité tellement exceptionnelle que l’on pouvait distinguer dans ses moindres détails le décor de cette journée historique que nous étions en train de vivre ...

... Et la première chose que l’on pouvait remarquer était la foule incroyable des électeurs se pressant à l’entrée des bureaux de votes, essentiellement des écoles sur Paris. Rien qu’en la voyant et en se souvenant du caractère artificiel des 16,8 % de Le Pen en 2002 (qui devait beaucoup aux 28 % d’abstentions, blancs et nuls cette année là), on devinait déjà le premier résultat de la soirée : le recul de la menace d’extrême droite. Son score aujourd’hui (10,5 %) est beaucoup plus faible que celui que prévoyaient les instituts de sondage : c’est d’ailleurs le seul échec que l’on puisse leur imputer ; les résultats pour Sarkozy (plus de 31 %) et Royal (25,8 %), se situant en « fourchette haute » de leurs prévisions - le score de Sarko étant accentué par le tassement de Le Pen à qui il a pris un bon million de voix ; et Bayrou à 18,5 % retombant, à peu près, sur ce qui était prévu (ce qui, par ailleurs constitue pour lui un succès indéniable, car son électorat était, toujours d’après les sondages, le moins assuré de son vote). Petite parenthèse : j’ai fait partie des internautes privilégiés ayant pu accéder vers 19 heures au site du journal suisse « Le Temps » qui donnait les premiers sondages « sortie des urnes » ; résultats conformes aux échos reçus d’amis engagés fortement, l’un au P.S et l’autre à l’U.M.P - quelle chance, à nouveau, de ne pas faire partie des « hémiplégiques de la pensée », dans mes lectures comme dans mes fréquentations !

J’ai donc eu tort en ce qui concerne mes craintes pour le Front National (relire mon post du 7 avril), mais j’ai rarement été aussi heureux de me ridiculiser dans un pronostic ... et on a souvent raison de sonner le tocsin. Il n’aura donc servi à rien pour le vieux leader de l’extrême droite de lancer les attaques les plus basses et les plus sournoises contre Nicolas Sarkozy (la dernière reprenant à son compte des rumeurs de caniveau sur son épouse Cécilia, que l’on a vue voter en compagnie de son mari et de ses deux filles hier à Neuilly) ; de promettre une amnistie générale sur les points de permis retirés ; ou même de draguer en banlieue les électeurs d’origine immigrée ! On apprend, par ailleurs, que parmi les rares « personnalités » étant venues faire un tour à la triste soirée du premier tour du Front National, se trouvait un ex-humoriste condamné pour antisémitisme : imaginer la tête que doit tirer Dieudonné ce matin va ensoleiller encore plus ce printemps exceptionnel !

Journée historique, aussi, par le taux de participation extraordinaire de 85 % qui montre que les Français ont conservé foi et espoir en leurs institutions républicaines : foi et espoir conservés ou découverts, car les jeunes électeurs et nouveaux inscrits sont venus voter en masse ; et ils n’ont pas plébiscité les extrémistes, de gauche (moins de 10 % au total pour les 6 « nains », Besancenot tirant relativement son épingle du jeu), ou de droite avec le Front National. Ce sont donc plus des trois quart des Français qui n’ont pas voté pour les extrêmes, surreprésentées il y a cinq ans lorsque les partis « traditionnels » leur faisaient l’« offre » vieillie ou usée de Jospin ou Chirac. Je m’en réjouis, d’abord comme citoyen révulsé par les slogans simplistes, démagogues et manichéens de tous les extrémismes. Et puis (et pourquoi avoir la moindre gêne à le dire ?), parce que l’antisémitisme se recrute maintenant à la fois à l’extrême droite et à l’extrême gauche : et, comme pour l’écrasante majorité des Juifs de France, voir mordre la poussière à la fois le grand ami des Mollahs iraniens et José Bové, l’agitateur alter mondialiste « qui à une autre époque aurait attaqué des magasins juifs » (dixit à mon micro Alexandre Adler) constitue déjà pour moi un immense soulagement !

Soulagement aussi quand j’apprends que les jeunes musulmans des banlieues ont voté, très majoritairement, pour la candidate du Parti Socialiste : preuve que, comme pour leurs compatriotes, le « vote utile » a fonctionné et que « l’intégration républicaine » a bien fonctionné. Mais crainte - en pointillé, et pour l’avenir - que, comme cela est déjà le cas dans des pays voisins (en Belgique, aux Pays Bas ou en Allemagne), une polarisation ne se fasse entre un grand parti de gauche « métissé » et un grand parti de droite « de Blancs ». Si le premier parti jouait alors, par démagogie ou par clientélisme électoral, la carte des frontières ouvertes et d’une immigration non maîtrisée, la France risquerait d’être complètement coupée en deux. Rêvons donc quelques minutes, le beau temps s’y prête ... Si Sarkozy est élu, il donnera des signaux forts « aux minorités visibles » en faisant plusieurs nominations symboliques à la tête de l’État. Et si Royal est élue, elle donnera un signal fort « aux Blancs » en ne faisant pas régulariser (comme le fit son ami Zapatero) des centaines de milliers de sans-papiers !

P.S : le blog a connu une fréquentation record ces derniers jours, plus de 150 visites par jour depuis une semaine, plus de 200 hier ... hélas, hélas, plus de la moitié viennent de recherches peu sympathiques, mais cela j’en ai déjà parlé dans mon post du 19 avril, pour ceux qui ne l’auraient pas encore lu !

Jean Corcos

20 avril 2007

Dernière mise au point avant le premier tour

Dimanche prochain, ce sera enfin « pour de vrai » ... Après plus d’un an de campagne ouverte avant son ouverture officielle, après les faux suspenses de la désignation, à droite de Nicolas Sarkozy et à gauche de Ségolène Royal, après la vraie surprise François Bayrou et à nouveau la peur d’une redoutable surprise Jean-Marie Le Pen, les Français vont s’exprimer. Et à partir du rapport de forces du premier tour, tout deviendra possible, car - hélas, mais c’est mon avis personnel - on n’est pas dans la configuration d’un choix clair entre deux programmes permettant aux électeurs « de prendre leurs responsabilités » : l’extrême droite vient polluer le débat en se présentant comme le courant « anti-système qui a échoué » ; plus sympathique, l’option centriste peut, si Bayrou arrive effectivement à éliminer l’un des deux « grands », amener au pouvoir une vraie coalition nouvelle - mais dont la composition et le programme seront, par définition, définis en opposition de phase avec ceux du candidat restant au second tour ... et donc impossibles à prédire précisément !

Ceci posé, je voudrais rapidement expliquer le « devoir de réserve » que je me suis imposé au cours de cette campagne - avec quelques libertés qu’il me faut aussi expliquer.

D’abord, et même si ce blog est strictement personnel (et reste le support d’une émission dont je suis le producteur), il fait clairement référence à la radio de la bande FM qui veut bien m’accueillir sur ses ondes. Et si une chose caractérise Judaïques FM, malgré son « ancrage à gauche » (relire à ce sujet l'article de Gérard Akoun, qui codirige la station), c’est bien la diversité des sensibilités politiques de ses chroniqueurs ! Il n’est donc pas étonnant que j’ai reçu, de l’un ou de l’autre collaborateurs passés ou présents de la station ou d’autres sources, des informations sur les « coulisses de la campagne » qui auraient pu m'amener à faire de la propagande - ou de la contre-propagande - de l’un(e) ou l’autre candidat(e) : je m’y suis clairement refusé. Ce faisant, j’espère avoir conforté à la fois ma neutralité de journaliste, et l'indépendance de notre station (qui a reçu des candidats ou leurs représentants de tous bords, à l’exception de ceux qui ont refusé de répondre aux invitations et du Front National, contre lequel la communauté juive organisée maintient - et on le comprend - un cordon sanitaire). Par ailleurs, refusant que les lecteurs réguliers ou occasionnels de ce blog demeurent des « hémiplégiques de la pensée », j’ai mis en lien permanent d’autres blogs ou sites de sensibilités vraiment diverses, qui vous ont permis - si vous y avez fait des excursions - de suivre la campagne présidentielle vue « de gauche », « de droite » ... ou d’en haut, pour certains des meilleurs journalistes qui se sont exprimés sur le Web 2. J'ai enfin publié tout à l'heure les compte-rendus d'interviews des trois principaux candidats sur les sujets (tellement sensibles pour ma communauté !), de l'antisémitisme et du Proche-Orient.

Là-dessus, il est vrai que j’ai « commis » quelques articles sur certain(e)s candidat(e)s au cours des derniers mois. Vous les retrouverez en cliquant sur les noms figurant en « libellé » en fin d’article. Écrits « à un instant t », il faut les considérer comme autant d’éléments d’information, et non comme des « invites » à voter pour tel(le) ou tel(le) ... Reste que les mouvances extrémistes méritaient d’être dénoncées avec beaucoup plus de vigueur que ne l’ont fait nos « grands » médias (neutralité oblige, mais c’était déjà le cas avant la campagne officielle sur les ondes) : je pense naturellement à Jean-Marie Le Pen ; mais aussi aux candidatures d’extrême gauche de José Bové ou d’Olivier Besancenot - deux personnages dont la complaisance vis-à-vis de la menace islamiste et le silence devant les agressions antisémites n’ont rien à envier à leur pendant d’extrême droite (rappelons par exemple le refus de la LCR de participer à la grande manifestation en hommage à Ilan Halimi ; ou la promotion de Roger Garaudy par des supporters du candidat « alter mondialiste ») !

Bon vote donc dimanche 22 avril, et en espérant que ce ne sera pas un nouveau « 21 avril » ...

J.C

François Bayrou, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy interviewés par le journal « Actualité Juive »

Voici la reprise des compte-rendus publiés hier sur le site du CRIF, après les interviews des trois "présidents potentiels" par notre confrère "Actualité Juive".

Dans une interview accordée à « Actualité Juive », François Bayrou présente l’essentiel de son programme centriste basé sur « une majorité élargie comprenant des gens venant du centre, de gauche et de droite mais aussi issus de la société civile, où chacun conservera ses convictions, où chacun respectera l’autre mais où tous ensemble, ils travailleront au redressement de notre pays ». Interrogé sur la lutte contre l’antisémitisme, le candidat UDF estime que « l’antisémitisme est totalement inacceptable » et rappelle que « quand on touche à un juif parce qu’il est juif, on touche à la République ». Il veillera à ce que la loi soit « appliquée avec toute la rigueur nécessaire ». « C’est plus qu’une affaire de justice, c’est une affaire de principe et de valeurs », ajoute t-il.
Sur le principe de laïcité, François Bayrou est très claire. Il s’agit d’ « une règle invariable quelle que soit le poids démographique des religions dont on parle ».
S’agissant du Proche-Orient, il se dit « admiratif de la démocratie israélienne ». Selon lui, « la France doit être plus présente » dans la région. « Parce que la France entretient de bonnes relations avec Israël mais aussi les pays arabes, elle doit mettre à profit cette amitié pour aider à la recherche d’accord de paix », ajoute t-il. François Bayrou souhaite aider Israël à entrer dans l’organisation mondiale de la Francophonie et pense que « l’Europe peut aider les Israéliens et les Palestiniens à trouver des solutions pour pouvoir vivre en paix ».

Interviewée par « Actualité Juive », Ségolène Royal revient sur son voyage au Proche-Orient. « J’ai senti lors de cette visite toute l’énergie, la soif de vie et de justice d’Israël. » « Les objectifs de la France dans la région seront la paix, la sécurité pour les Etats, mais aussi la justice pour les peuples et le développement pour tous », précise la candidate socialiste. Inquiète de la situation dans la région, Ségolène Royal assure que « la France s’engagera dans la recherche d’un règlement d’ensemble en lançant l’initiative d’une conférence internationale de paix au Proche-Orient ». « Mon action, ajoute t-elle, reposera sur les principes qui peuvent permettre de progresser vers une paix durable : la sécurité pour Israël et le droit des Palestiniens à un Etat indépendant et viable ».
Seule candidate à avoir fermement pris position contre l’accès de l’Iran au nucléaire civil, Ségolène Royal fera en sorte de mettre « l’Iran face à ses responsabilités ».
Interrogée sur le principe de laïcité, la candidate PS se dit « opposée à toute remise en cause de la loi de 1905 » et « propose de la consacrer par une Charte de la laïcité. »
Sur la question de l’antisémitisme et du racisme, elle estime « que la bataille doit se mener à l’école par l’éducation à la citoyenneté et l’indispensable devoir de mémoire ». Lors de sa visite au camp des Milles, elle s’était « engagée à aider ces lieux de mémoire indispensables ». « Cette pédagogie de la mémoire, c’est aussi, pour la France, avoir le courage de regarder son histoire en face, avec ses ombres et ses lumières », précise Ségolène Royal.

Nicolas Sarkozy s’est entretenu avec « Actualité Juive » sur son programme électoral. Le candidat UMP est revenu sur ses actions en tant que Ministre de l’Intérieur. Il rappelle sa détermination dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme et certifie que contre ce fléau, « il n’y a qu’un axe d’action possible : éduquer, condamner, réprimer ».
Etablissant un constat noir de la situation au Proche-Orient, « terrorisme et extrémisme violent, conflits civils, ambitions de puissance, prolifération balistique et nucléaire », Nicolas Sarkozy est favorable à un engagement avec les partenaires européens pour faciliter la résolution des crises. Plus spécifiquement sur conflit israélo-palestinien, il signale « deux réalités fondamentales: d’un côté, le terrorisme dont est victime la population israélienne, qui est inacceptable, de l’autre, un peuple occupé, qui ne renoncera jamais, quoi qu’il endure ». D’après le président de l’UMP, « dans ce conflit, la France doit adopter une position équilibrée et un discours de franchise ». Il lance un message aux protagonistes du conflit. : « À nos amis palestiniens, je veux dire que l’existence et la sécurité de l’Etat d'Israël ne sont pas négociables et que rien ne peut justifier la violence. Les terroristes qui prétendent agir en leur nom et pour leur bien sont en fait les véritables ennemis des Palestiniens car ils les privent d’une paix à laquelle ils aspirent et ont droit. Et à nos amis israéliens, je veux dire qu’Israël doit se tenir prêt à faire les concessions nécessaires pour permettre aux Palestiniens d'établir un État viable. Je défendrai avec la même énergie le droit d’Israël à vivre en sécurité et le droit des Palestiniens à disposer d’un État ».

On verra donc après les élections, si le comportement effectif du (ou de la) candidat(e) élu(e) sera conforme à ces belles paroles que je vous engage à enregistrer soigneusement ... car il est acquis, dans tous les cas de figures, que - hormis une capacité de nuisance en cas de score particulièrement élevé, voire même de « 21 avril bis » -, Jean-Marie Le Pen ne sera pas le futur Président de la République !

Enfin (et cela vous pourrez le vérifier dès ce dimanche 22 avril au soir), je vous invite à lire les derniers pronostics des instituts de sondage. Car c’est la première fois qu’une élection présidentielle ressemble à un quartet, avec des chevaux bien difficiles à départager pour l’ordre d’arrivée. En dernière analyse donc, ce serait Sarko entre la 1 et la 2, Ségo entre la 1, la 2 et la 3, Bayrou entre la 2, la 3 et la 4, Le Pen entre la 3 et la 4 ... il n’aurait plus manqué que Galouzeau pour un quintet !

J.C

19 avril 2007

Sarkozy est-il un sale juif ? Royal et le sionisme. Les juifs du show biz. Morandini juif, etc.

Sans commentaires
Il y a déjà plus de 4 mois (le 1er décembre exactement), je publiais sur le blog un article intitulé "le fromage de Hollande est-il casher ?". Un clin d’oeil ironique aux - déjà - nombreuses visites à mon adresse, sur le thème « François Hollande est-il juif ? », sujet qui semblait intriguer pas mal d’internautes. Je m’inquiétais alors de cette « inquiétude », la trouvant ahurissante au 21ème siècle et dans un pays de vieille tradition démocratique ... mais en me disant, à tort, que cette vague nauséabonde était liée à la récente désignation de Ségolène Royal, et qu’elle disparaîtrait rapidement.
 

Or il est ensuite arrivé un phénomène à la fois positif pour la notoriété du blog, et profondément déprimant sur le fond : l’association des mots « Hollande » et « juif » dans cet article l’ont placé en tête des articles référencés par Google pour cette débile association ... qui a continué de passionner les foules ! Et le même genre de visiteurs que ceux déjà épinglés début décembre sont venus atterrir sur mon adresse, attirés comme des vilaines guêpes par du miel. Ajoutez-y le mot « Sarkozy » (cité à propos d’un autre article, celui-là publié sur le blog de Sylvain Attal), et une autre sous catégorie d’antisémites est venue, aussi, celle-là bien inquiète des origines d’un peut-être futur Président de la République.

Résultat : en triant les visiteurs par article d’entrée grâce au logiciel « sitemeter » dont je vous ai souvent parlé, un peu moins de 10 % des visiteurs sont arrivés sur le blog en entrant par ce fameux « post » ... vous ne rêvez pas : rapporté au nombre moyen de visites, et sur quatre mois, cela représente plus de mille personnes, mille antisémites obsessionnels repérés grâce uniquement à une recherche, et sur un modeste blog !

S’il ne s’agissait que de cette simple « curiosité » pour trois (en comptant Ségolène Royal) personnages politiques, on pourrait arrêter là. Malheureusement, le libellé de trop de visites est vraiment nauséabond : je vais donc les reproduire tels que, fautes d’orthographe comprises.
Tantôt, on « judaïse » stupidement des vedettes, tantôt on veut chercher « qui est juif », dans la grande tradition du brûlot antisémite « Je suis partout » des années trente :
- recherche : « les juifs du show biz », visiteur de pays inconnu, 3 septembre 2006, 4h11.
- recherche : « yves bigot sioniste juif », visiteur de Rhones Alpes, 23 octobre 2006, 12h39.
- recherche : « thierry ardisson juif », visiteur du Maroc, 30 août 2006, 19h47.
- recherche : « morandini juif », visiteur d’Arras, 31 août 2006, 11h20

Le même genre de visiteurs s’inquiètent aussi de l’origine des experts et commentateurs qui passent à la télé : si par exemple on n’entend pas x ou y déblatérer violemment Israël, c’est donc qu’il est juif ... ainsi :
- recherche : « françois heisbourg sioniste juif », visiteur de Paris, 24 août 2006, 19h11.

Revenons au couple « Royal-Hollande » : j’ai enregistré certaines recherches relevant, soit de l’antisémitisme le plus grossier, soit du delirium le plus total, ainsi :
- recherche : « royal et hollande sont juifs du maghreb », visiteur de Paris, 12 mars 2007, 14h15 (libellé faisant plutôt penser à un ou une antisémite « de souche »).
- recherche « royal et le sionisme », visiteur de La Queue en Brie, 17 novembre 2006, 12h45 (libellé faisant plutôt penser à un militant pro palestinien ultra, pour qui Israël n’est pas un vraiment un pays : les leaders politiques sont sommés de se définir par rapport au « sionisme » (j’ai eu aussi « Bayrou et le sionisme », « Hollande et le sionisme » ... impossible de tout enregistrer !).
- recherche « françois hollande le juif », visiteur de Dubaï, Emirats Arabes Unis, 14 mars 2007, 12h04 - comme c’est élégamment énoncé, cela me rappelle le film « Le juif Süss » sous l’Occupation ... il y a de vrais nazis dans le Golfe, et pas seulement en Iran !
- recherche « segolene royal juif sorkozy (sic) complot », visiteur du Brabant (Belgique), 5 février 2007, 11h34.

Mais rassurez-vous, Sarkozy excite aussi beaucoup les antisémites de tous bords, ainsi :
- recherche « sarkosy (sic) est-il un sale juif », visiteur de Champagne Ardennes, 5 janvier 2007, 3h07.
- recherche « sale juif sarko », visiteur de Croissy sur Seine, 4 février 2007, 16h52.

Enfin, et puisqu’il faut aller jusqu’au bout de cette puante litanie, il y a aussi des visiteurs « classiquement antisémites » : obsession du complot, négationnisme, réécriture de la Seconde Guerre Mondiale ... voici quelques échantillons :
- recherche « patrick desbois mensonge », visiteur de Paris, 16 février 2007, 12h20 (petit rappel en lien sur le travail admirable du Père Desbois lire ici).
- recherche « relations entre les juifs et les franc-maçons », visiteur de Chevilly-Larue, 29 octobre 2006, 8h05.
- recherche "juiverie socialiste", visiteur de Paris, 12 avril 2007, 15h04.
- recherche « judah hitler juif », visiteur de Paris, 9 février 2007, 15h54.

Voilà, il temps d’arrêter. En découvrant des dizaines et des dizaines de tels phénomènes, on n’est plus vraiment étonné de vivre dans un pays où un ancien Premier Ministre se permet de faire l'éloge posthume de Maurice Papon ; où les sondages d'opinion révèlent une montée plus qu'inquiétante des intentions de vote en faveur de Jean-Marie Le Pen, lequel vient d'insulter Sarkozy en se posant en "authentique candidat du terroir", mieux qualifié pour diriger le pays qu'un "candidat issu de l'immigration" ; où on saccage à la masse des dizaines de tombes juives dans un cimetière, comme à Lille il y a peu ; où - c’était il y a un an - une bande de jeunes peut, dans le silence complet du voisinage, séquestrer et torturer à mort le malheureux Ilan Halimi ; et où (et je l’ai vécu en direct sur le pavé de Paris), la communauté juive se retrouvait bien seule lors de la grande manifestation « nationale » qui a suivi - je veux dire au niveau des participants anonymes ; étaient venus, certes, Sarkozy, Hollande ... « des Juifs », donc, pour ces milliers d’abrutis qui sont venus et reviendront sur le blog, attirés par un nouveau titre « racoleur » !

Mais qu’ils aient au moins un petit cadeau : cette photographie, qui a du vous sembler bien étrange ; une illustration qui ne peut restituer la puanteur (de leurs pensées) ; mais qui évoque aussi une chasse d’eau, que je m’empresse de tirer, et avec un grand bonheur !


J.C

18 avril 2007

Musharraf, portrait inédit


Le Cox du jour
- avril 2007


Pour ce troisième hommage au dessinateur Cox, j'ai choisi de laisser le Moyen Orient et de vous conduire dans une autre région du Monde, le sous-continent indien où vivent - on l'oublie trop souvent - 400 millions de Musulmans !

Le général Pervez Musharraf règne donc sur le Pakistan, ce qui ne doit pas être une sinécure ! Berceau de l'une des variantes de l'islamisme, ce pays a vu le théoricien Al Mawdoudi définir une bien étrange règle du jeu pour les leaders en terre d'islam ... ci-après un extrait du livre d'Antoine Sfeir "Les réseaux d'Allah" (Éditions Plon, 2001) :
"Cet intellectuel pakistanais né en Inde avant l'indépendance s'interroge : "qui détient la souveraineté ?" Nulle part dans les textes sacrés de l'islam le terme de hakimiyya (la souveraineté) n'est mentionné. Partant du postulat que cette hakimiyya ne peut être que divine, il aboutit à la conclusion que les dirigeants actuels des pays musulmans ont usurpé la souveraineté absolue de Dieu (...) Ils sont sur terre pour veiller à l'application de la loi divine, la charia, la loi de Dieu".
Et Antoine Sfeir de préciser que, deux ans avant sa mort en 1979, Al Mawdoudi eut le bonheur de voir accéder au pouvoir, suite à un coup d'état, le général Zia Ul Haq, qui imposa la charia .

La suite est hélas connue : alliant joyeusement idéologie islamiste et intérêts géostratégiques, le tout en parfaite osmose avec les États-Unis et l'Arabie Saoudite, le Pakistan allait servir de base arrière d'abord à la guérilla anti-russe en Afghanistan, puis aux Talibans qui prirent le pouvoir dans les années 90 ; et accueillirent chaleureusement les terroristes d'Al-Qaïda ... jusqu'au 11 septembre, et à leur renversement par l'intervention américaine.
Depuis, Musharraf, fidèle allié des USA mais chef d'un État où les islamistes dominent la rue, joue un jeu subtil d'équilibriste. Tout le monde sait que le Waziristan frontalier de l'Afghanistan est devenu une zone pratiquement intouchable, tout le monde sait que des enfants apprennent là bas par dizaines de milliers la haine fanatique de l'Occident dans les innombrables madrassas (écoles religieuses), mais le Président - qui a échappé à plusieurs attentats - tient le cap, et arrive parfois à capturer de gros gibiers de la mouvance Ben Laden. Chef de la première puissance nucléaire musulmane, il conserve un cap prudent, coincé entre son alignement sur les États-Unis et les complicités, passées ou futures, vis à vis des inquiétants voisins iraniens (le père de la bombe pakistanaise, le Docteur Khan, a avoué avoir fourni à l'Iran la technologie de l'ultracentrifugation).

Le Pakistan est donc un vaste sujet, sur lequel j'espère bâtir une émission dans les prochains mois à partir d'un livre qui vient de sortir !

J.C

Infirmières bulgares et médecin palestinien : les parlementaires européens s’engagent pour leur libération

"L'ALDE propose à tous les groupes parlementaires une initiative pour libérer les infirmières bulgares emprisonnées en Libye. Une conférence de presse aura lieu au centre de presse du Parlement européen, jeudi 19 avril 2007 à 10h30, suivie d'une projection d'un film au sujet de la détention des infirmières bulgares et du médecin palestinien.
L'Union européenne a le devoir de protéger les droits de l'homme de ses citoyens et les personnes emprisonnées méritent tout le soutien des institutions et des gouvernements européens et du public.
En complément des efforts diplomatiques qui tentent sans relâche d'assurer la libération des médecins, l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe organise la semaine prochaine, un événement public trans-partisan afin de rallier un large soutien à cette cause. Le Président de l'ADLE, Graham Watson, a écrit aux chefs des groupes politiques au Parlement européen leur demandant leur soutien, signe que le Parlement européen est uni dans sa détermination pour garantir leur libération.Les représentants de leurs familles viendront à Bruxelles le 19 avril afin de parler de l'épreuve qu'ils vivent lors d'une réunion indépendante, présidée par Pat Cox, président du mouvement européen."
Note : ADLE sont les initiales de Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe,en anglais ALDE Alliance of Liberals and Democrats for Europe.http://www.alde.eu/

Nous profitons de la présente pour vous confirmer, ainsi que nous l'avions évoqué lors de notre email du 12 mars 2007, que BULGARIA FRANCE a adhéré à la création d'une FEDERATION des ASSOCIATIONS. Celle-ci a été nommée Coordination "Libération des 6 condamnés à mort en Libye". Sa structure est indépendante sur le plan confessionnel, politiquement neutre et sans but lucratif. Elle vise notamment :à coordonner les actions entreprises pour la bonne réalisation de son objectif et à encourager les synergies, à proposer des actions collectives selon un calendrier raisonné, à mobiliser tous les soutiens possibles en France, en Europe et ailleurs dans le monde, à solliciter l'appui moral de personnalités françaises et étrangères susceptibles d'aider à la réalisation de cet objectif, à veiller à ce qu'aucune des actions entreprises au nom de la coordination ne soient, directement ou indirectement, nuisibles à l'objectif fixé, à apporter aux actions entreprises un label de cohérence, de sérieux, de crédibilité scientifique et de respectabilité.
Le docteur Raphaël PITTI, professeur agrégé de médecine, chef du service de réanimation à l'hôpital de Metz, assure la présidence de cette "coordination".
Les signataires sont Monsieur Minko BALKANSKI [Institut des Hautes Études pour le développement de la culture, de la science et de la technologie en Bulgarie et Association des amis de l'Espace culturel Bulgare] ; Monsieur Christophe DEBOUT [Association Nationale des Infirmiers et Infirmières Diplômés d'État (ANFIIDE) et Groupement d'Intérêt Professionnel en Soins Infirmiers (GIPSI)]; Madame Snejina FRECHE [Association des médecins bulgares en France "Amitié Médicale France Bulgarie"] ; Monsieur François FRISON-ROCHE [Alliance France Bulgarie] ; Monsieur Daniel PICHOT [Association " Solidarités Franco-Bulgares"] ; Monsieur Raphaël PITTI [Comité national de soutien "Les enfants d'Hippocrate"] ainsi que Bulgaria-France.
A ce jour, plusieurs courriers ont été remis aux candidats à la présidence, ainsi qu'à des sénateurs et des députés. De nombreux contacts sont établis avec des institutions et organismes divers.
Les soutiens n'ont pas de relâche !"

Source : Association Bulgaria-France

17 avril 2007

Emile Moatti à l’honneur sur le Web et sur les ondes !

Mon ami Emile Moatti devait être mon invité pour une des émissions programmée ce printemps, avec comme sujet, bien sûr, la « Fraternité d’Abraham » qui vient de fêter avec éclat ses 40 ans (voir articles en libellé ci-dessous). Hélas, hélas, et comme je vous le disais le 8 avril, j’ai été informé tardivement de la suppression de plusieurs numéros de « Rencontre », actualité électorale oblige ! Deux émissions ont donc été déplacées, et il ne fallait pas trop tarder à rendre compte sur notre antenne de cet évènement.
C’est donc un autre journaliste de notre radio, Olivier Issembert, qui réalisera l’interview d’Émile ce jeudi 19 avril matin, dans le cadre de la série « l’invité de la rédaction » : merci de noter ce rendez-vous pour les auditeurs qui seront à l’écoute.

Sinon, vous pourrez en savoir beaucoup plus sur la Fraternité d’Abraham, son histoire, ses activités et ses 40 ans, en lisant l’interview "Moatti, l'homme qui croit au dialogue", réalisée par Claudine Barouhiel et publiée sur le site du CRIF. Bonne lecture !

J.C

16 avril 2007

Le Pen : des propos plus qu'inquiétants




Le candidat d’extrême droite a, d’après les dernières rumeurs - en particulier un sondage des Renseignements Généraux cité par le site du « Nouvel Observateur », nié par les R.G mais maintenu sur ce site (lire ici) - de fortes chances de troubler à nouveau le premier tour : en éliminant la gauche, comme en 2002 ; en coiffant François Bayrou au poteau, empêchant ainsi une recomposition du paysage politique ; et peut-être en « plombant » Nicolas Sarkozy, obtenant un score tellement élevé que toute victoire de la Droite serait entachée par des accords (réels, ou fantasmés) avec le Front National.

Nous n’en sommes pas encore là. Mais sur les sujets qui inquiètent, au premier chef, la communauté juive de notre pays, Le Pen vient de « donner » à nouveau, au travers de déclarations qui n’auront guère été médiatisées :

- D’abord dans sa « profession de foi » envoyée à des dizaines de millions d’électeurs comme celles des autres candidats. Il finit son discours électoral (dont la maquette rappelle de façon subliminale l’Appel du 18 juin, un comble pour l’héritier spirituel de Pétain !), par ceci :
"Je suis le candidat de la France, de la vie, de l’avenir et de la paix, contre les candidats du mondialisme, des communautarismes, de l’argent-roi et des guerres ."
L’association des termes « mondialisme », « argent », « guerre » a déjà fait recette dans les années 1930, il s’agissait alors de dénoncer les Juifs, vilipendés comme « ploutocrates » et « bellicistes » ... Le Pen évoque ainsi, et en creux les risques de conflit des Occidentaux contre l’Iran de son ami antisémite Ahmadinejad, et utilise la peur des Français comme un nouvel argument électoral. Ce faisant, il est fidèle à sa filiation pétainiste, non seulement par les mots utilisés mais aussi sur le fond du comportement : lâche envers les vrais puissants du dehors (en gros, les islamo-fascistes bientôt dotés de l’arme nucléaire) ; féroce envers l’infime minorité juive de France, jetée en pâture aux chiens.


- Ensuite, dans une interview au journal « la Revue du Liban », en date du 13 avril et dont le journal libanais « L’Orient - Le Jour » (en lien permanent) vient de reproduire un extrait qui fait froid dans le dos ...
"Le candidat du Front national, Jean-Marie Le Pen, également interrogé par l’hebdomadaire libanais sur le conflit israélo-palestinien, « trouve scandaleux le « mur de la honte » érigé par Israël ». « Le peuple palestinien a le droit de reconquérir sa patrie et de restaurer son État », a t-il affirmé, soulignant qu’il « pense être le seul homme politique à avoir dénoncé l’extermination des Palestiniens."
Sic. Aucun candidat à l’élection présidentielle, même José Bové épinglé sur le blog il y a quelques jours, n’a osé utiliser des termes aussi lourds que « extermination ». Pour le leader de l’extrême droite, donc, « les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale », mais les Palestiniens ont subi une sorte de génocide.

Là-dessus, bien sûr, je n’oublie pas les déclarations qui ont été davantage médiatisées, et qui ont éclaté tout au long de la semaine dernière comme autant de scandales voulus, assumés - et qui font encore plus peur de ce fait : propos sur Vichy dans « Le Parisien » (il « regrette les propos de Jacques Chirac sur la déportation des Juifs », lire ici) ; ou sur les origines étrangères de Nicolas Sarkozy qui le disqualifieraient pour les présidentielles (lire à ce sujet la belle intervention de Jacques Attali sur son blog, où il s’indigne du silence des autres candidats devant cette basse attaque). Jean-Marie Le Pen pense-t-il qu’il va gagner d’avantage d’électeurs à force de scandales ? La France serait alors bien malade.
Avec tout cela, je me dis que le 22 avril, le seul, le vrai élément du débat sera le décompte des voix de Le Pen : combien de Français se reconnaîtront dans de telles positions ?

J.C

Des raisons d’espérer au lendemain de Pessah : un billet optimiste d’André Nahum sur Judaïques FM

Introduction :
Faute de temps (faut-il rappeler le caractère bénévole et discontinu de mes activités de journaliste, en parallèle à mon travail principal ?), je n’ai commenté ici, ni le retour dans l’actualité diplomatique du « plan de Paix » de l’Arabie Saoudite, ni la libération par l’Iran des quinze marins britanniques. Mon ami André Nahum a évoqué ces deux sujets dans sa chronique du mercredi 11 avril, apportant une note d’espoir juste après la fête de Pessah !
J.C

Bonjour,

En ce lendemain de fêtes de Pessah la Mer Rouge ayant été traversée avec succès à pied sec, sommes nous en train de tourner en rond dans le désert pour je ne sais combien d'années encore ?

Eh bien au risque de me mettre mal avec tous les Cassandre je me permettrai pour ma part de percevoir une toute petite lueur d'espoir dans l'interminable conflit israélo-palestinien.
Il y a en effet le vote par la Ligue Arabe d'un plan déjà proposé en 2002 par les Saoudiens qui offre à Israël, à des conditions draconiennes certes et difficilement acceptables, une paix générale et des relations normales. Quand on pense que naguère les mêmes pays arabes se prononçaient à l'unanimité pour les fameux trois "Non" de Khartoum, on ne peut nier qu'il y a un certain progrès. Oh je ne vous dis pas que l'Arabie saoudite est subitement devenue sioniste, mais le contexte international l'oblige à revoir sa position par rapport à l’État juif et la pousse à rechercher aujourd'hui une solution ou tout au moins une accalmie. Il y a en Irak une véritable guerre entre les Sunnites soutenus par Ryad et les Chiites soutenus par Téhéran. Les Saoudiens ne peuvent accepter la création à leur frontière d'une puissante alliance chiite dominée par l'Iran qui s'implanterait au Liban et en Palestine et lorgnerait sur son pétrole et ses lieux saints pour devenir la première puissance de la région. Ils ne peuvent accepter que l'Iran dispose de l'arme atomique.

Deuxième évènement : La libération des quinze marins britanniques capturés dans le "Chott el Arab". Contrairement aux images diffusées par la télévision iranienne, on sait aujourd'hui qu'ils ont été plutôt maltraités. Les Iraniens prévoyaient de les traduire en justice pour leur infliger de lourdes peines après un procès à grand spectacle et voilà que le tendre Ahmadinejad, touché par la grâce décide brusquement de les libérer et de les renvoyer comme cadeau de Pâques dans leur pays d'origine.
Pourquoi cette soudaine mansuétude alors qu'Israël attend toujours la libération de Guilad Chalit retenu par le Hamas et des deux autres soldats encore prisonniers du Hezbollah en dépit de la résolution 1701 du Conseil de sécurité ? Les Britanniques auraient-ils monnayé cette libération au prix fort comme le laissent entendre nos médias, ou plutôt comme le dit le site Internet NewsMax.com sous la signature de Kenneth R. Timmerman, parce qu'un troisième porte avion américain le « Nimitz » fait route vers le Golfe persique, que la peur du gendarme est le commencement de la sagesse, et qu'il y a peut-être en Iran des ayatollahs moins hystériques et moins fous que leur président, et qui ne veulent pas prendre le risque d'une confrontation avec les anglo-américains ? Vendredi 30 Mars, le Conseil suprême de sécurité se serait réuni d'urgence sous la présidence de Ali Larijani, négociateur pour le nucléaire et ami de Ahmadinejad. Durant cette réunion, le général Rahim Safavi commandant les Gardiens de la Révolution aurait déclaré que le déploiement du « Nimitz » faisait redouter l'éventualité d'une action militaire américaine début mai. Il aurait pressé le conseil d'ordonner la libération des otages britanniques pour abaisser la tension dans la région.
Quel crédit accorder à cette information alors qu'Ahmadinejad vient encore de créer le scandale en affirmant avec force gesticulations et mouvements de foule que son pays était passé à la phase industrielle de production de combustible nucléaire ? On peut tout de même espérer que si les Nations restent fermes, Russie et Chine comprises, on pourrait stopper l'Iran dans sa course au nucléaire sans même recourir à la force.

Mais il faut d'abord oublier Munich.

André Nahum

13 avril 2007

Attentats d’Alger, un « raccourci historique » (suite)

Hier j’évoquais sur le blog la symbolique du lieu de l’attentat d’Al-Qaïda contre le gouvernement algérien, en écrivant que c’était comme si le passé faisait un clin d’œil au présent. Je ne me doutais pas que Hamida Layachi, directeur de « Al Jazaïr News » et grand spécialiste de la mouvance islamique dans son pays, évoquerait lui aussi cette symbolique dans une interview recueillie par Florence Beaugé du journal « Le Monde » (édition datée du 13 avril). Ci-dessous un extrait :

« La stratégie du GSPC a changé. Il accentue son rejet absolu de toute réconciliation et signifie qu'il a désormais deux ennemis : le pouvoir algérien et l'Occident, en particulier la France. Dans l'un de ses derniers communiqués, dûment authentifié, il y a environ trois mois, il le dit clairement. Le choix de ses cibles, mercredi, ne doit d'ailleurs rien au hasard : le Palais du gouvernement est le coeur même du pouvoir algérien. C'est aussi un bâtiment qui date de l'époque coloniale française. Il abritait autrefois le siège du gouvernement général, autrement dit les représentants du pouvoir métropolitain, et surplombait le fameux "Forum". C'est là qu'en 1958, le général de Gaulle a prononcé son fameux discours - "Je vous ai compris ..." - qui a été interprété par les colons comme l'assurance que l'Algérie resterait française. La symbolique est donc double et particulièrement forte. Si le GSPC avait choisi de faire un millier de morts, il aurait envoyé ses kamikazes rue Didouche-Mourad (l'une des principales artères de la ville), par exemple. Il ne l'a pas fait, délibérément. »

Hier également, j’évoquais dans mon article l’historien Benjamin Stora, dont « Le Monde » a publié par ailleurs une interview audio sur son site Internet, après les attentats d’Alger. Mais il me revient également nos échanges lors de ma propre interview diffusée en janvier 2005, dont vous pouvez entendre l’enregistrement intégral en allant sur ce lien. Ci-dessous, donc, un extrait où j’avais abordé - alors que nous parlions de la guerre d’indépendance de l’Algérie -, les racines de la violence islamiste, trente ans après. Comme quoi, on pouvait parler, déjà, de « raccourci historique » ...

Jean Corcos :

(...) Est- ce que ce qui s’est passé à partir d’octobre 1988, cette révolte réprimée dans le sang, et puis ensuite la montée donc de la guerre civile, est ce que ce n’est pas un retour du refoulé ? Et est-ce que les islamistes ne jouent pas un peu un rôle de réplique de ce qu’était le FLN dans les années 1950 ?

Benjamin Stora :

Alors, on a beaucoup dit effectivement dans les années 1990 que le FIS était l’enfant du FLN, sans faire de jeu de mots ; c’est une expression très célèbre, très connue des années 90, c'est-à-dire que le FIS voulait se poser en héritier du FLN. Le FLN avait commencé la révolution dans les années 1950 - 1960, et puis le FIS arrivant trente ans plus tard, pour lui donner cette coloration exclusivement religieuse, exclusivement islamique. Alors, entre parenthèses, le FIS par là même mettait au secret toute une branche importante des nationalistes algériens ; par exemple, les berbéristes, les communistes, tous ce gens étaient au FLN, ou les gens de Ferhat Abbas qui étaient des républicains, tous ces gens naturellement pour les islamistes n’existaient pas, c’était le « parti de la France » (...)
Moi, je dirai que les islamistes n’ont pas vraiment voulu rejouer l’histoire du FLN, mais ils ont pris appui sur l’énorme trou de mémoire de la société algérienne. C'est-à-dire les reconstructions des récits historiques qui ont été entreprises par les pouvoirs successifs depuis les années 1960 jusqu’à nos jours, ont privé de mémoire la jeunesse algérienne, puisqu’on a diabolisé tout ce qui n’était pas strictement FLN (...) Et c’est sur la base de cette amputation mémorielle, de ce trou de mémoire géant que naturellement les gens du Front Islamique du Salut n’ont donné qu’une version de l’histoire, c'est-à-dire une version exclusivement identitaire religieuse.

J.C

12 avril 2007

Al-Qaïda frappe à Alger

Après l'attentat près des bureaux du gouvernement,
Alger, 11 avril 2007 (photo : Reuters)

Sale temps sur le Maghreb ... Au lendemain de nouveaux attentats kamikazes au Maroc, quelques mois après la découverte et l’élimination d’un groupe islamiste armé en Tunisie, « Al-Qaïda au Maghreb » devient une sinistre réalité après les trois attentats simultanés hier, à Alger et banlieue.

Le quotidien « Libération » mentionne ce matin le communiqué publié sur un site Internet, proche de la mouvance terroriste : « Nous ne serons en paix que lorsque nous aurons repris pied dans toute notre terre d’islam (...), dans notre Andalousie spoliée, et notre Al Qods (Jérusalem) violée ». Quelle jolie profession de foi ! Quelle franchise dans cet autoportrait, raciste, impérialiste, fanatique ! Toute contrée envahie un jour faisant partie du « Dar El Islam » pour les djihadistes, ils se fixent un programme de guerre illimitée dans le temps et dans l’espace, avec pour objectif de condamner (dans un premier temps), soit à la mort, soit à la conversion, soit à l’expulsion des millions de Catholiques espagnols ou de Juifs israéliens. Et ce, après avoir trucidé au passage quelques centaines de milliers de Musulmans, histoire de se constituer des bases arrière en prenant le contrôle des pays arabes. Mais cela n’émeut pas du tout nos doctes orientalistes, qui continuent de susurrer la douce musique du « conflit israélo-palestinien, racine de toutes les frustrations » ; ou les pacifistes de toutes obédiences (d’extrême-gauche, mais rejoints sur ce terrain par Jean-Marie Le Pen), qui nous disent qu’il est urgent d’abandonner l’Afghanistan aux Talibans - comme si cela allait calmer les kamikazes d’Alger ou d’ailleurs !

Sans doutes sera-t-il nécessaire de revenir sur l’Algérie dans une prochaine émission. Il y a plusieurs années, déjà, des Algériens, journalistes, intellectuels ou associatifs étaient venus témoigner à mon micro sur les massacres des islamistes du GIA, puis sur la terrible répression de la révolte kabyle. Disons-le franchement : au-delà du minimum de réserve que j’essaye de conserver, je n’ai jamais pu être pris en flagrant délit de complaisance vis-à-vis du Président Bouteflika, « faucon » en matière de relations avec la France ou Israël, mais singulièrement « colombe » quand il a décidé d’accorder une large amnistie aux anciens des maquis islamistes ... une politique désastreuse, quand on voit ces attentats.

Je parlerai par ailleurs de l’Algérie prochainement, mais en interviewant Benjamin Stora à propos de son dernier livre, « Les trois exils, histoire des Juifs d’Algérie » (Editions Stock). En attendant, et comme un curieux clin d’œil du passé au présent, on retrouve sur cette photo prise après l’attentat l’imposant bâtiment du « Gouvernement Général », héritage du passé colonial et haut lieu des manifestations pro « Algérie française » dans les années 50 !

J.C

11 avril 2007

Les drôles d'amis de José Bové

José Bové à Ramallah, avril 2002
Soyons d’abord bien clair : si j’ai choisi cette photo du candidat moustachu aux élections présidentielles, c’est parce qu’elle illustre l’engagement résolu de José Bové pour la « cause palestinienne » ; prise en avril 2002 à Ramallah, alors qu’il allait rencontrer Yasser Arafat assiégé à la « Moukata », elle a enrichi son « pressbook » de militant « alter mondialiste », et il en est sûrement très fier ! Mais on ne peut pour autant (malgré les sentiments de solidarité pour Israël que j’éprouve, et qui sont aussi ceux de beaucoup de lecteurs réguliers du blog), lui en faire un procès de principe ; après tout, il s’agit d’un conflit extérieur à la France, pour lequel il avait bien le droit de prendre partie, et il pouvait bien poser au pacifiste en se faisant tirer le portrait devant un char de Tsahal ...

... Sauf que, au-delà de la photo, il y a eu ses interviews et les mots terribles utilisés : dans la revue « l’Arche » de mai - juin 2002, Alain Finkielkraut a su dénoncer son faux humanisme :

« Des gens qui soutiennent inconditionnellement, les yeux fermés, la cause palestinienne, ne sont pas des pacifistes. Ils acceptent le terrorisme et lui donnent soit le nom usurpé de désespoir soit le nom odieux de résistance. Ce pacifisme est un premier mensonge. Le deuxième mensonge, ce sont les mots utilisés par José Bové: «rafles», «camps d'internement», «miradors», pour parler de ce que fait l'armée israélienne, c'est-à-dire des mots qui impliquent une comparaison avec le nazisme. Enfin, le pire, ce sont les déclarations du chef de file du mouvement antimondialisation à la télévision, selon lesquelles les attentats, les agressions antisémites en France, étaient peut-être imputables au Mossad.
L'homme qui fait des sauts de puce de Seattle à Porto Alegre et de Porto Alegre à Ramallah, ce n'est pas Astérix, c'est Touristix. José Bové, c'est le tourisme érigé en politique. Dans un premier temps, on dit: les Israéliens sont des nazis, et tous les Juifs qui les soutiennent aussi. Dans un deuxième temps, une fois qu'on a nazifié les Israéliens, on reverse sur Israël l'image de la pieuvre ou de l'araignée et le discours paranoïaque des Protocoles des Sages de Sion: ce sont les Juifs qui tirent tous les fils. On nous dira demain qui paye les bombes humaines pour légitimer leur répression. »

Rappelons ici ce qu’a dit José Bové à propos des attentats contre des Synagogues en France (source : « Libération » du 03/04/02) : « Il faut se demander à qui profite le crime (...). Je crois que le gouvernement israélien et ses services secrets ont intérêt à créer une certaine psychose, à faire croire qu’un climat antisémite s’est installé en France, pour mieux détourner les regards ». Des paroles pour lesquelles, il est vrai - mais après de longs mois - il a consenti à présenter ses excuses à la communauté juive.

Mais où en est aujourd’hui le candidat « alter mondialiste » au sujet du conflit israélo-palestinien ? Son engagement reste total. D’après le journal « le Figaro », « José Bové, coiffé d’un keffieh palestinien, a dimanche 1er avril à La Courneuve planté un olivier à l’occasion de la Journée de la terre en Palestine. Des représentants d’Olivier Besancenot (L.C.R) de Marie-George Buffet (P.C.F) et de Dominique Voynet (Verts) étaient également présents. ». Le CRIF a réalisé un dossier remarquable à son sujet, au format pdf et que vous pouvez découvrir en lien : défense de l’islamiste Tariq Ramadan, invité vedette des Forums alter mondialistes (relire à ce sujet sur le blog des extraits de l’article de Caroline Fourest "Allah et Trotski sont dans un meeting" ) ; soutien constant des organisations pro palestiniennes les plus militantes ; et rappel, donc, de ses interviews outrancières datant des débuts de « l’Intifada des Mosquées » ...

Mais le flamboyant José a su aussi cultiver ses relations dans la mouvance « Indigènes de la République », mouvance à laquelle ce blog a déjà consacré un copieux dossier (voir libellé ci-dessous). Le site « « Respublica », à la fois de gauche et farouchement laïc, n’aime pas du tout cette collusion « islamo gauchiste » et le prouve par deux articles qui ne font pas dans la dentelle !

- D’abord le 30 mars, sous la signature de Jeanne Bourdillon et sous le titre « José Bové dans le Mantois, les ennemis de la République communient ensemble » ; en voici l’ouverture :
« Qu'attendre d'autre de la part d'un ennemi de la République ? Qu'il répète ses discours de haine et de déstabilisation des valeurs républicaines, des valeurs laïques, c'est bien le moins ! Dans deux salles pleines de militants de l'Islam politique et d'alliés des Indigènes de la République, José Bové, le démagogue à moustaches, a tenu meetings durant le week-end à Mantes-la-Jolie et aux Mureaux.
C'est Décil, ce groupuscule mantais infiltré par le collectif des musulmans du Mantois, qui avait milité en 2004 pour le port du voile islamique lors de l'adoption de la loi contre les signes religieux à l'école, qui l'a invité, et qui a tout organisé. Pour être tout à fait juste, une grande part de l'organisation de la venue de Bové a été prise en charge par le dit collectif des musulmans du Mantois, un lobby local pro Ramadan, qui tenait un stand au meeting du fumeur de pipe, le samedi soir.
Pendant trois jours, ces obsédés de la déchirure coloniale française qui veulent nous ramener aux affrontements d'hier, en ont eu pour leur compte de démagogie, de bons sentiments à pas cher, et de discours dangereux, sur la République, celle qui dans la bouche de l'incendiaire du Larzac rejette ses enfants issus de l'immigration coloniale, et sur la police, forcément raciste. »
La suite en lien.


- Ensuite, et cette fois sous la signature de Lucette Jeanpierre, on peut lire sur le même site un article dénonçant la promotion faite par des soutiens de José Bové à une vidéo intitulée « le nouveau désordre mondial » et signée par Roger Garaudy, condamné pour négationnisme et idolâtré, hélas, dans beaucoup de pays musulmans

08 avril 2007

Des nouvelles du blog et de l'émission

Ce petit article pour informer les lecteurs fidèles de quelques perturbations bien indépendantes de ma volonté, et m’en excuser par avance ...

Tout d’abord, et je ne l’ai appris que vendredi dernier, la Direction de Judaïques FM a décidé de supprimer toutes les émissions d’information - donc également « Rencontre » - pour les jours d’élections. Le C.S.A sera en effet particulièrement vigilant cette année, aussi bien pour les chaînes de radio que de télévision. Et, même si on n’aurait parlé que de politique internationale ou d’autres sujets, l’islam est un sujet tellement polémique qu’il était difficile de ne pas se voir reprocher tel ou tel propos - même si ma série n’a jamais abordé, directement, les échéances électorales françaises !

Résultat, donc : pas d’émission les 22 avril et 6 mai, dates des présidentielles ; et le 17 juin, date du deuxième tour des législatives.
Maintenant et en ce qui concerne le blog, j’ai hélas constaté qu’il se remettait à « tousser » pour des raisons que seul un informaticien chevronné pourra aider à élucider : difficile de publier sur mon micro, il me faudra donc mettre en ligne sur d’autres postes, passer par des « brouillons » enregistrés sur des clés, etc. Une petite « galère » comme il y a six mois environ, en espérant qu’elle ne perturbera pas trop les mises à jour.
Par contre, bonne nouvelle (et nouveau mystère de la blogosphère), la mise en page qui était bancale en colonne droite depuis le passage sous "blogger 2" s'est à nouveau rétablie depuis quelques jours ...

Merci en attendant pour votre patience et pour votre fidélité !

J.C