Notre radio

Notre radio

07 mai 2006

Le dossier sur « L’appel des indigènes de la République »


« Discriminés à l’embauche, au logement, à la santé, à l’école et aux loisirs, les personnes issues des colonies, anciennes ou actuelles, et de l’immigration post-coloniale sont les premières victimes de l’exclusion sociale et de la précarisation » (...)
 
Ainsi commence le fameux appel, diffusé sur Internet à partir du mois de janvier 2005, et qui devait donner lieu à une manifestation massive (et heureusement peu suivie) il y a presque un an, le 8 mai, anniversaire à la fois de la victoire sur le nazisme et des massacres ayant suivi la révolte de Sétif en Algérie ... rapprochement historique concluant ce manifeste quasiment révolutionnaire ! La longueur du texte rend impossible sa reproduction sur le blog, je renvoie donc au texte intégral trouvé sur un site sympathisant de l’appel, « Réseaux citoyens de Saint Etienne » (cliquer ici). On lira attentivement, non seulement le texte, mais aussi la liste des organisations signataires, et les articles liés : ils donnent une parfaite illustration de ce que l’on appelle « la mouvance islamo - gauchiste », ou mouvement des « rouges - verts ».
 
Mais partons de l’affirmation de la toute première phrase : elle mélange du vrai (la discrimination à l’embauche, réalité incontestable pour les jeunes diplômés issus de l’immigration qui va rendre nécessaire les C.V anonymes, une honte pour notre Pays), et du faux, en tout cas pour ce qui concerne la santé et l'école : quiconque a eu le malheur de fréquenter le moindre hôpital récemment ou de croiser un n’importe quel groupe de jeunes écoliers dans les grandes villes de France ne peut que hausser les épaules devant un tel déni de la réalité. Idem pour « l’exclusion sociale » : exclusion des pauvres en général, oui, et c’est le problème des cités dortoirs devenus des ghettos, par un phénomène complexe de migrations qu’il faudrait analyser de façon non manichéenne ; mais certainement pas exclusion des originaires des colonies dans leur ensemble, demandez aux épiciers originaires du Sud tunisien qui se sont taillés la part du lion dans le commerce de détail, ou aux propriétaires des innombrables restaurants exotiques de Paris s’ils se sentent sincèrement « exclus » ; pour ne parler que des classes moyennes, et pas des riches originaires d’Afrique noire ou du Maghreb qui ont préféré placer leurs capitaux ici que dans leurs Pays, contribuant encore plus au sous - développement, donc à l’immigration des plus pauvres vers l’Europe ; précarisation qui existait donc de l'autre côté de la Méditerranée, et qui n'intéresse pas du tout les "indigènes" !

Mais quelques lignes plus loin, les signataires de l’appel se « dévoilent » (sans mauvais jeu de mot), lisons plutôt :
 
« Les mécanismes coloniaux de la gestion de l’islam sont remis à l’ordre du jour avec la constitution du Conseil français du Culte Musulman sous l’égide du ministère de l’intérieur. Discriminatoire, sexiste, raciste, la loi anti-foulard est une loi d’exception aux relents coloniaux » (...)
 
Ainsi, la tentative de mettre sur pied un véritable « Islam de France », non téléguidé par des puissances islamistes extérieures, est présentée comme un « mécanisme colonial ». Si des élections (même imparfaites) posent problème, on peut sérieusement douter des convictions démocratiques des « indigènes de la République ». Idem pour leur condamnation de la loi sur la laïcité à l’école, présentée (un comble de mauvaise foi !) comme raciste et sexiste ! Mais le soutien du site « Oumma.com », qui a ensuite donné un large écho à l’appel (cliquer ici) - site hélas visité quotidiennement par 100.000 internautes, tribune de Tarik Ramadan et pourfendeur de cette loi - rend encore plus limpide la véritable nature de ce manifeste : discours révolutionnaire, idéologie islamiste.
« La liberté de circulation est déniée ; un nombre croissant de maghrébins et d’africains sont contraints à franchir les frontières illégalement aux risques de leurs vies » (...)
 
Un véritable appel à une immigration sans limites et au refus de toute règlementation, bref le déni de ce que tous les Pays du Monde font (à commencer par ceux dont sont originaires les fameux « indigènes ») : la maîtrise des flux migratoires. En pratique, un soutien aux nouveaux négriers, qui font venir clandestinement une main d’œuvre misérable et exploitable à merci !
 
« Une frange active du monde intellectuel, politique et médiatique français, traître aux traditions de combat pour l’égalité et la dignité humaine, se transforme en agents de la « pensée » bushienne. Investissant l’espace de la communication, ces idéologues recyclent la thématique du « choc des civilisations » dans le langage local du conflit entre « République » et « communautarisme ». Comme aux heures glorieuses de la colonisation, on tente d’opposer les berbères aux arabes, les juifs aux « arabo musulmans » et aux noirs. Les jeunes « issus de l’immigration » sont ainsi accusés d’être le vecteur d’un nouvel anti-sémitisme » (...)
 
Résumons le message : les centaines d’actes antisémites violents qui ont marqué le début des années 2000 n’ont jamais existé, ou alors leurs auteurs étaient tous des « français gaulois ». Les Berbères qui veulent défendre leur culture et leur identité sont des pantins de Georges Bush, d’ailleurs est-ce qu’ils existent ... n’en jetez plus !
 
« Pour ces mêmes raisons, nous sommes aux côtés de tous les peuples (de l’Afrique à la Palestine, de l’Irak à la Tchétchènie, des Caraïbes à l’Amérique latine ...) qui luttent pour leur émancipation, contre toute les formes de domination impérialiste, coloniale ou néocoloniale » (...)
 
Au cas où vous n’auriez pas compris : les seuls peuples dont le combat est noble, ce sont les Palestiniens, les Irakiens (comprendre : les Sunnites pro Al-Qaïda qui massacrent des Kurdes ou des Chiites), les indépendantistes des DOM-TOM ... les insurgés du Darfour, les Tibétains colonisés par la Chine ... ça n’existe pas non plus !
 
Reste l’essence de l’appel, cette volonté d’opposer ad vitam aeternam les descendants de colonisés et les autochtones, présentés comme des colonisateurs dans leur propre Pays ! Ce racisme à rebours, proprement hallucinant, a heureusement provoqué des réactions dans de nombreux journaux de gauche comme de droite, et je vous recommande en lien les articles suivants :
- la tribune libre de Fadela Amara dans le journal « Libération » (cliquer ici) ;
- l’article publié dans le journal « Marianne » (cliquer ici) ;
- le débat entre Alain Finkielkraut (pas encore traité de « néo réac ») et François Gèze, patron des éditions « La Découverte » et signataire de l’appel (cliquer ici).
J'ajoute enfin que j'ai eu le bonheur de recevoir de nombreux mails circulaires se faisant l'écho d'un rejet vigoureux des "indigestes de la République" pour reprendre le terme de l'un des commentaires, articles écrits par la mouvance éclairée, démocrate et laïque issue de l'immigration musulmane en France !
  Bonnes lectures. Et bon surf, en espérant que ce dossier aura contribué à votre réflexion - alors que, et quelles que soient les critiques légitimes que peuvent susciter certains aspects de la "loi Sarkozy" en cours d'examen à l'Assemblée Nationale, c'est le principe même d'une "immigration maîtrisée" qui fait débat, et qui suscite la violente opposition des "indigènes" et de leurs amis "rouges-verts" !

J.C