Notre radio

Notre radio

28 octobre 2007

« Les femmes face à l’intégrisme religieux, et la République dans tout ça ? ... » - une intéressante conférence-débat à l’Assemblée Nationale


J’ai eu le bonheur d’être invité jeudi dernier à une manifestation organisée par la jeune association « Paroles de Femmes » jeudi dernier, et d’abord la chance de pouvoir assister à la plus grande partie des débats ... la salle de conférence réservée à l’Assemblée Nationale était en effet trop petite pour accueillir les plus de 200 personnes venues y assister !

Quelques mots de rappel (mais je vous invite bien sûr à visiter le site de cette association, où vous trouverez déjà un premier compte-rendu de la soirée). « Paroles de Femmes » a été créée à la fin 2006, avec comme objet statutaire « de lutter pour l’égalité hommes femmes dans notre société comme dans les religions ». C’est une association « apolitique, laïque, ouverte à la mixité et non communautariste ». Elle a (entre autres) comme objectif « à l’international, de réunir et de fédérer les combats de femmes de tous pays, de toutes origine ethnique, sociale et professionnelle », et en particulier « d’être le fer de lance du dialogue judéo-musulman au féminin à l’échelle européenne » ... Avec de tels buts, il aurait été étonnant que le sillage de mon émission, « Rencontre », ne finisse pas par croiser celui de « Paroles de femmes » !
Mais vous ne serez pas étonnés, non plus, que Judaïques FM, radio associative attachée aux valeurs d’ouverture et de laïcité, soutienne directement ce jeune mouvement féministe : notre station était donc aussi en partenariat pour la soirée du 25 octobre, en compagnie (entre autres) de Beur FM et de La Chaîne parlementaire, qui a filmé les débats que l’on devrait pouvoir suivre en différé la semaine prochaine. Présentes donc aussi ma collègue de Judaïques FM Hélène Schoumann, qui a réalisé plusieurs interviews, et parmi les conférencières Claudine Korall, une des productrices de la série diffusée par le mouvement « La Paix maintenant », un vendredi matin sur deux sur notre radio.

Quand je vous disais que le chemin de « Rencontres » ne pouvait que croiser celui de « Paroles de Femmes » ... j’ai logiquement eu le plaisir de revoir à l’Assemblée Nationale beaucoup d’anciens invités de mon émission, preuve que des femmes et des hommes, de toute origine ou religion et animés par la même passion du dialogue, finissent toujours par se retrouver autour des mêmes causes ! Parmi les membres du Comité de Direction qui épaulent la jeune et dynamique « Présidente Fondatrice » Olivia Cattan, on retrouve donc mon ami Karim-Hervé Benkamla, mais aussi Diagne Chanel, Morad el Hattab et Ghaleb Bencheikh. Militants pour une (ou plusieurs) des nobles causes des populations opprimées du Soudan, du dialogue judéo- musulman ou du difficile combat pour un « islam des lumières », vous les avez déjà entendus souvent à mon micro. Également, récemment mon invitée et présente à cette conférence-débat, la sociologue Dounia Bouzar qui fit un brillant exposé sur « L’intégrisme, l’islam et nous » - le titre également de son dernier livre publié aux éditions Plon  et qui sera l’objet d’une prochaine émission ; j’espère d’ailleurs pouvoir publier ici prochainement, avec sa gentille autorisation, un extrait de son intervention. Mais aussi le géopoliticien Frédéric Encel, bien connu des auditeurs du 94.8 FM, et le grand journaliste Ivan Levaï - qui devait évoquer, en cette soirée consacrée organisée par un mouvement féministe, la grande figure de Simone Veil qui du tellement batailler, il y a trente ans et dans cette même Assemblée Nationale, pour que soit votée la fameuse loi qui porte son nom !

Bien sûr, un modeste blog comme le mien ne peut prétendre publier un reportage exhaustif sur cette brillante soirée, où tellement de personnalités étaient présentes, qui à la tribune, qui dans la salle (Rika Zaraï, Marisa Berenson, Irène Frain, Mohamed Sifaoui, Elie Chouraqui, Marek Halter), et j’en oublie - même si toutes les personnes annoncées n’étaient pas venues, ou avaient envoyé des messages comme l’actrice Isabelle Adjani ( message que l'on peut lire sur le site de "Paroles de Femmes" ). Rendre compte de façon objective est aussi un exercice délicat après avoir fait l’éloge de l’entreprise et de ses parrains et marraines - posons tout de même quelques pistes de réflexion.

- D’abord le risque de « récupération » d’un tel mouvement existe, forcément, d’autant plus que l’association se veut apolitique et multiconfessionnelle, donc aura certainement un large écho (le « plan com » auprès des grands médias est déjà une réussite, et on notait en particulier la présence de Valérie Toranian, rédactrice en chef de « Elle Magazine », à l’une des tables rondes). Notre actuel Président de la République était ainsi venu lors du premier gala (c’était en mars et il n’était que candidat à l’époque). J’ai noté, par contraste, que seule la Gauche semblait puissamment représentée à cette soirée, avec en particulier la présence d’Anne Hidalgo, premier adjointe au Maire de Paris, de la Sénatrice P.S Bariza Khiari ou de Najet Belkacem, ancienne porte-parole de Ségolène Royal ! Par contre, la Secrétaire d’Etat Rama Yade n’avait pas fait le déplacement ...

- Ensuite, « faire prendre la mayonnaise » d’une association où travaillent ensemble Juifs et Musulmans est une entreprise délicate : les premiers dénoncent fortement les ravages de l’intégrisme chez les seconds, d’abord parce qu’ils ont compris que cet intégrisme particulier véhicule une violence antisémite ; les seconds (y compris de nombreux orateurs présents à cette soirée) parlent souvent sur un mode défensif, dans le registre « il y a des intégristes dans toutes les religions » ou « attention à ne pas stigmatiser l’islam », conscients que la violence perlée ou terroriste de « leurs » intégristes alimente un rejet global de leurs communautés ... Il était donc important que beaucoup de personnalités ou associations musulmanes co-parrainent la manifestation (on notait en particulier la présence de Fadila Mehal, Présidente Fondatrice des « Mariannes de la diversité »).

- Olivia Cattan a donc eu raison de lire les mails de trois femmes des trois confessions, disant leurs souffrances d’épouses opprimées. Mais faire comme si les mariages forcés, l’excision, la polygamie ou l’imposition de tenues dégradantes comme les burkas ne concernaient pas essentiellement les femmes musulmanes, c’est aussi sombrer dans le « politiquement correct », un « politiquement correct » dénoncé par ... Anne Hidalgo, qui a évoqué le « chantage à la stigmatisation », d’une manière avec laquelle son Parti ne nous a guère accoutumés ces dernières années ! Bien sûr, j’ai été heureux d’entendre la sociologue Sonia Sarah Lipsic évoquer les avancées des femmes juives dans l’analyse du Talmud, alors qu’un Rabbinat français trop frileux leur interdit encore de telles études. Olivia Cattan mène un combat exemplaire pour dénoncer le machisme d’époux juifs refusant à leurs conjointes divorcées le « Guet » (divorce religieux). Et le combat des femmes est une cause universelle, les différents systèmes politiques et religieux les ayant reléguées pendant des millénaires au statut de mineures.

- Mais aujourd’hui - et à mon modeste avis - c’est se voiler la face que d’ignorer le danger principal : le virus islamiste a déjà contaminé une large partie du monde musulman, bloquant toute évolution de centaines de millions de femmes dans des dizaines de pays ; ici, en France, il gagne du terrain car la condition féminine est le test décisif de son combat, sournois et quotidien, contre nos valeurs républicaines. Et comme devait le dire dans la dernière table ronde Philippe Val, le brillant directeur de « Charlie Hebdo » dans une formule particulièrement heureuse, Ben Laden a lancé ses avions contre les tours de New York « peut-être d’abord contre les minijupes » !

Jean Corcos