Notre radio

Notre radio

07 février 2007

Londres, la photo qui fait peur

Manifestation de l'oganisation islamiste extrémiste
"Hizb ut-Tahrir", Londres, 19 août 2006

Le Hizb ut-Tahrir est une organisation islamiste transnationale, dont l’objectif avoué est le rétablissement d’un Califat ! Ainsi l’horloge de l’Histoire irait à rebours, et on reviendrait aux temps où un Calife, chef à la fois temporel et spirituel, dirigeait même symboliquement l’ensemble des Musulmans - dans l’attente de la conversion de toute l’humanité à la « vraie foi ». Pour rappel, les successeurs du Prophète Mahomet furent les premiers Califes, le Califat s’établissant ensuite à Damas, puis à Bagdad ... avant que ne vienne l’époque des Califats concurrents du Maghreb, du Machrek et de l’Andalousie. Le dernier Calife, celui-là régnant à Istanbul, fut déposé dans les années 20 par Mustafa Kemal Ataturk - date funeste mentionnée par Ben Laden dans les premiers communiqués d’Al Kaïda.

A propos donc, du Hizb ut-Tahrir (en arabe : "parti de la libération"), on pourra se reporter en lien à l'encyclopédie Wikipédia. Ou surfer sur le site de la branche anglaise du mouvement. Cette dernière, justement, organisait à Londres une grande manifestation le 19 août dernier, et je vous invite vivement à vous reporter ici au reportage, très riche, où vous trouverez de nombreuses photos et même des vidéos. « Bush est le vrai fasciste », « Coupez toutes les relations avec Israël », « Nous sommes tous des Hezbollah » ... il n’y a pas lieu de s’étonner outre mesure de tels slogans, d’autant que de nombreux jeunes Européens, vêtus à l’occidentale et parfaitement athées, pourraient sans complexe aucun manifester à leur côté - et se sentir plus proches de barbus réclamant un état mondial islamique, que d’autres jeunes qui leur ressemblent physiquement, mais qui auraient le tort de vivre à Tel Aviv ou Haïfa !

Mais revenons à cette photo, pourquoi je l’ai choisie et pourquoi à mon avis elle doit vraiment faire peur. Les pauvres filles voilées qui défilent sont certainement convaincues par leurs pancartes, mais là n’est pas le pire : elles conduisent à leur côté des jeunes enfants qui ne comprennent rien à ce qui se passe, mais lisent des tracts. A Londres comme à Gaza ou à Téhéran, c’est partout la même manipulation des bambins, le même lavage de cerveau précoce.
Mais il y a pire encore : ces mères de famille semblent très fières de défiler avec des landaus, et là il y a un message très clair en direction des Occidentaux, Londoniens ou autres : celui de la « bombe démographique », le ventre de la femme musulmane devenant une arme stratégique pour reprendre la littérature nauséabonde du Hamas. Ces manifestantes disent très clairement quelque chose d'effroyable, qui va bien au delà de l'actualité évoquée par leurs pancartes. Ce qu'elles disent, c'est que leurs enfants viendront nous imposer un Califat à tous, chrétiens, juifs, musulmans non intégristes ou sans religion. Et cela fait frémir !
Un « think-tank » (institut d’analyse politique) britannique a par ailleurs publié la semaine dernière les résultats, assez effrayants, d’une enquête sur les sentiments des jeunes musulmans du pays. Le journal israélien Yediot Aharonot en donne une synthèse (lien sur le site en anglais) : 37 pour cent des jeunes entre 15 et 24 ans préfèreraient vivre sous le régime de la charia que sous celui des lois démocratiques du Royaume Uni ; une minorité significative des 16-24 ans - 13 % - déclare « admirer des organisations comme Al-Qaida, prêtes à combattre l'Occident ». Ils sont 74 % à se dire favorables au port du voile islamique, contre 28 % pour leurs aînés ; 37 % à affirmer préférer mettre leurs enfants dans une école coranique (contre 19 %).

Pas étonnant, dans ces conditions, que le leader de l’opposition, David Cameron, ait tiré la sonnette d’alarme : à Birmingham, le leader du parti conservateur a déclaré que « ceux qui cherchent à instaurer un État avec la charia ou à obtenir un traitement particulier ou des lois séparées pour les musulmans britanniques sont, à bien des égards, le reflet du British National Party », le parti d'extrême droite anglais. Ce qui a provoqué des protestations véhémentes du « Hizb ut-Tahrir» dont nous venons de parler ... et du Conseil Musulman de Grande Bretagne. Décidément, Morad El Hattab a eu bien raison d’épingler le laxisme coupable du gouvernement de Tony Blair à propos de la gestion de l’islam (lire sur le blog);

J.C